Botoxée et alors !

– Ma fille, pour tes 40 ans, j’ai pensé à un cadeau
– Ah oui, quoi ?
– Des injections de botox.
– Du botox ? M’enfin, maman… tu veux que je m’en mette où du botox ?
– Dans la ride du lion, là, entre les yeux. Ecoute… aujourd’hui on la voit presque pas ta ride. Mais demain. Enfin dans 20 ans, même avec 10 seringues à 400 €, t’arriveras plus à la combler tellement elle sera profonde.

Je la regarde de près et je comprends mieux ce qu’elle veut dire. Je croyais que j’étais au-dessus de tout ça…

et… je prends RV dans l’heure sinon j’irai jamais.
« C’est si discret chez vous que personne ne verra la différence. Allez, c’est parti. Attention, je pique plusieurs fois. » Je vis la séance comme une torture. Si je bouge, la pro de l’injection me crève un œil, alors je souffre (en silence) pour être belle, puisque c’est l’adage. « Il reste un peu de botox, j’en mets au-dessus des sourcils pour ouvrir le regard ».

Je lui fais remarquer que j’ai des marques rouges partout sur le haut du visage. « C’est rien, vous êtes fatiguée. Dans 2 heures, on ne verra plus rien. ». Je sors couverte de fond de teint, le front plâtré. Je me sens bizarre.

Les jours passent. Les amis, les collègues, personne ne remarque rien ou alors ils sont super sympas, ou bien consternés.

Le troisième jour, j’ai un choc.

On dirait Ségolène Royale dans le dernier débat des primaires. Je ne peux plus bouger le front.
Je décide d’adopter la  frange, enfin la mèche, parce que la frange à la Freja Beha (mannequin canon, égérie de Chanel, 20 ans de moins), laisse tomber. J’ai essayé l’année dernière : une vraie cata !

J’enfile mes lunettes les plus couvrantes, celles griffées Victoria Beckam. Pas de bol, il pleut ce matin. Je ne vois rien. Je retire les lunettes.

Le soir à la maison, je suis en « mode décomplexé » et ma  fille s’esclaffe : « Regardez maman, elle est trop forte. Elle arrive à lever un seul sourcil comme Ma sorcière bien aimée. Comment tu fais maman ? « .

Je fonce devant le miroir. Elle a raison !! J’ai un sourcil plus haut que l’autre.  Je ne sais plus où me mettre. Je dresse la table pour mon homme, éclairage aux chandelles de rigueur.

 Mais mon homme, c’est le 3ème  œil. Il voit bien que j’ai le regard en biais.
A chaque fois qu’il me croise, il ricane. Il m’appelle Jack Nicholson en mimant ce sourcil en accent circonflexe.

« On va vous faire une petite retouche, pour équilibrer l’autre œil » me propose la chirurgienne quand je l’appelle en panique. Là, je dis « non », je préfère encore attendre que ça redescende naturellement.

En attendant, je me suis fait une raie sur le côté avec une énorme mèche bien lissée qui me barre le visage. Mon fils me trouve « stylée ».

Il paraît que je serai au top dans un mois… et que trois mois plus tard j’y retournerai… Il paraît !

Publicités

A propos les cap'fées

Journaliste, conceptrice-rédactrice sur les médias presse écrite et web...
Cet article, publié dans beauté, esthétique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Botoxée et alors !

  1. Caroline dit :

    Ca, ce n’est pas un cadeau de tante Roselyne ! 😉
    Bisous !

    J'aime

  2. Stéphanie dit :

    Effectivement, à l’aube de mes 40 ans, je vais éviter.
    De toute façon, ça tombe bien, ma mère en est restée à la crème Nivéa et elle a moins de rides que moi.
    Ah, alcool, tabac… Quel beau mélange

    J'aime

  3. Séve dit :

    Je suis morte de rire! Et moi qui m’interroge de temps à autre sur le sujet je dois dire que ça calme.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s